À propos

« Dans un âtre enfoncé, une grosse marmite est sur le feu. À travers la vapeur qui s’en élève, apparaissent des figures singulières. Une guenon, assise près de la marmite, l’écume, et veille à ce qu’elle ne répande pas. Le mâle, avec ses petits, est assis près d’elle, et se chauffe. Les murs et le plafonds sont tapissés d’outils singuliers à l’usage de la sorcière. » (Goethe, Faust, trad. Gérard de Nerval, ed. 1840).

Cette description, introduisant la scène « Une cuisine de sorcière » dans le Faust de Goethe, résume assez bien le projet de ce carnet. Il s’agit de s’intéresser aux relations entre humains et animaux à travers leurs images: c’est le contenu de la marmite et ses effluves. Tandis que les outils qui tapissent le plafond de la cuisine correspondent à l’historiographie de ces mêmes rapports (notamment dans le contexte de l’histoire de l’art). Je m’identifie donc à la sorcière, dont la famille de singes ne constitue pas la matière de la potion en préparation, mais plutôt les assistants et les compagnons. Si ce carnet fait directement écho à ma thèse, consacrée à l’imaginaire de la férocité dans l’art du XIXe siècle, en France et au Royaume Uni, son cadre sera ici élargi chronologiquement.

Zoé Marty, doctorante en histoire de l’art (École du Louvre), élève conservatrice territoriale du patrimoine (INP, INET)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search